Notre démarche

 

Association

Association Démocratie & Communication

Moderniser la publicité politique

 

Fondé au lendemain de l’élection Présidentielle de 2002 par Frédéric Maillard, le collectif a pour vocation de moderniser la communication politique en France et de redonner aux partis politique démocratiques la possibilité de se réapproprier  une expression de leurs idées totalement contrainte par un cadre législatif archaïque.

La législation actuelle interdit en effet la publicité politique 6 mois avant une élection, alors qu’elle est autorisée hors période pré-électorale…

Tous les partis, petits et grands, se voient donc interdire de communiquer aujourd’hui par voie d’affiches ou d’annonces et encarts presse à moins de six mois d’une élection. Ce qui pénalise tout le monde, particulièrement les petits partis qui n’ont pas les moyens financiers de communiquer hors période électorale.  Renforçant de fait l’inégalité républicaine.

Ce déficit de communication a aussi et surtout comme conséquence directe d’accentuer sensiblement le désintérêt des citoyens pour la chose politique et de favoriser par conséquence l’abstention, dont la montée croissante auprès des jeunes générations est un échec pour notre démocratie.

Les partis politiques ne peuvent guère prétendre communiquer de façon plus libre dans le cadre des émissions de la campagne officielle à la télévision car ils n’ont toujours pas la possibilité aujourd’hui de produire et réaliser l’intégralité de leurs propres spots. Malgré les avancées obtenues par Démocratie & Communication en dialogue avec le CSA, réduisant la durée minimale des spots de la campagne officielle et permettant aux partis de produire librement 50% des films, chacun s’accorde à dire qu’il faut rendre moins ennuyeux et plus impactants ces spots pour attirer l’attention du citoyen téléspectateur.

Présidé aujourd’hui par Evelyn Soum, le collectif Démocratie & Communication, dans un double souci de préservation des ressources économiques et écologiques de notre pays, a par ailleurs très récemment proposé dans une lettre ouverte au Ministre de l’intérieur de donner la possibilité aux électeurs qui le souhaiteraient de recevoir par mail, dans le respect des règles de confidentialité des fichiers édictées par la CNIL, les programmes des différents candidats lors des prochaines échéances électorales.

Le collectif a été reçu au fil du temps par le CSA et le Conseil Constitutionnel, les Ministères de l’intérieur, de la culture et de la communication, ainsi que par les élus de tous bords de l’Assemblée Nationale et du Sénat.

Notre démarche de concertation et de solutions raisonnées inclut aussi le dialogue déjà établi avec toutes les instances professionnelles concernées par cet enjeu, l’AACC, les instances représentatives des media, (SNPTV, SPQN, SPQR, UPE, SPMI, Bureau de la Radio, IAB …) et notre instance de déontologie, l’ARPP.

Nous souhaitons faire émerger le débat citoyen, remettre en perspective et lever l’interdiction concernant les media, en recherchant des solutions permettant de faire évoluer la situation dans une dynamique de modernité, de participation et de vigilance déontologique.